Série Solutions : Cap sur OZERO

By Laurence Basso Juillet 21, 2020

Le 25 juin dernier, le classement des finalistes du Défi AquaHacking en Colombie-Britannique a été dévoilé. En première place : l’équipe OZERO grâce à leur innovation permettant de lutter contre les moules invasives.

Pour en savoir plus à ce sujet, nous nous sommes entretenus avec Oliver Harpin, cofondateur et gestionnaire en recherche et développement. Un des 6 ingénieurs en formation à l’Université de Sherbrooke constituant cette équipe. 

La problèmatique

Savez-vous que la moule zébrée est une espèce envahissante provenant d’Europe et d’Asie? Elle est ressensée pour la première fois au Canada en 1986 au lac Saint-Claire en Ontario, puis dans le lac Érié. Depuis, elle s’est répandue dans les Grands Lacs, et est bien présente dans les lacs québécois.  

Ces moules invasives, nous raconte Oliver, engendrent deux types de problèmes :

  1. Des problèmes économiques : Les moules sont des espèces invasives qui pondent environ 1 million d’œufs chaque été. Ces dernières peuvent rapidement se retrouver dans les conduits d’égouts, sur des turbines et viennent bloquer les tuyaux d’eau. C’est ainsi que se créent des problèmes d’infrastructures ou encore de bris d’aqueduc qui peuvent coûter jusqu’à 12 millions $/an aux municipalités.
  2. Des problèmes environnementaux : Les moules mangent des planctons privant alors d’autres espèces de cette source d’alimentation. De surcroît, ces mollusques ont la capacité de filtrer l’eau, ce qui engendre un autre problème. En effet, lorsque l’eau est plus claire, les rayons de soleil réchauffent l’eau plus rapidement et par la même occasion favorisent la prolifération des algues.

OZERO AQUAHACKING SOLUTION COLOMBIE BRITANNIQUE

Crédit photo : Okanagan Basin Water Board, PJ Bruno

Un enjeu important

Il est important de se pencher sur l’enjeu des moules envahissantes, car leur propagation se fait rapidement. Une des causes principales de ce phénomène est l’eau contenue dans les bateaux pour favoriser la navigation. Non seulement, les moules se collent aux parois des bateaux, mais aussi aux parois des ballasts[1], ce qui leurs permettent de contaminer d’autres territoires à mesure que les bateaux se déplacent d’un lac à un autre. D’ailleurs, on a pu observer récemment la moule zébrée à Sherbrooke. Cette problématique est déjà bien connue au Québec, mais elle n’a pas encore été observée dans l’Ouest canadien. C’est pourquoi, il est à la fois très pressant de traiter cet enjeu au Québec et de prévenir les futures invasions dans l’Ouest.

La solution innovante proposée par OZERO

Les réservoirs d’eau (aka les ballasts) que l’on remplit dans les bateaux sportifs transportent des espèces envahissantes, telles que les moules zébrées. Pour contrer cette propagation, OZERO a créé une innovation permettant de désinfecter l’intérieur et l’extérieur des bateaux avant leur mise à l’eau.

Mais comment exactement?

En fait, Ozero a mis au point une solution complémentaire aux stations de lavage déjà existantesEn plus de nettoyer l’extérieur des bateaux, ils peuvent aussi nettoyer efficacement la tuyauterie intérieure.

“Nous nettoyons l’extérieur des bateaux grâce à une laveuse à pression. Pour l’intérieur, on nettoie les ballasts avec de l’eau chaude combinée à de l’eau froide. Ce procédé garde la même température, permettant d’éliminer les espèces exotiques envahissantes (EEE). Avec des pompes, on pousse l’eau jusqu’à la coque puis, la pompe du bateau prend le relais pour tirer l’eau jusque dans les ballasts. Habituellement, les pompes tirent l’eau du lac. Nous, on remplace cette eau par l’eau chaude. Pour être efficace, ce procédé doit être appliqué avant chaque mise à l’eau.”

En d’autres mots, la décontamination intérieure est effectuée grâce à un procédé dans lequel l’eau est amenée vers les ballasts grâce à deux réservoirs extérieurs. Des pompes sont reliées à ces réservoirs et amènent l’eau jusqu’à la coque. Ensuite, la pompe du bateau s’interconnecte aux pompes du réservoir extérieur d’OZERO, jusqu’aux ballasts ou la décontamination s’effectue.

Une solution nouvelle

La solution se différencie des autres sur le marché par sa rapidité. L’innovation d’OZERO permet de décontaminer les ballasts efficacement en seulement 15 minutes. Au Manitoba et au Montana (E-U) ce procédé prend 1h30. De plus, il n’existe pas d’autres technologies pour se rapprocher de la coque pour la désinfecter, nous explique Olivier.

OZERO, en tournée au Québec cet été

L’équipe gagnante se lance dans une tournée cet été pour présenter leur solution à plusieurs municipalités.

“Cet été, nous parcourrons une dizaine de mairies au Québec, dont Mégantic, St-Aubert, Abitibi, Sherbrooke, Cowansville, Magog, et lac Taureau pour présenter notre innovation. Nous espérons commercialiser notre solution d’ici l’été prochain”, nous partage Oliver.

L’expérience AquaHacking

“Un de mes meilleurs moments d’AquaHacking est évidement lorsque nous avons découvert que nous étions les grands gagnants et aussi l’expérience en général. Nous avons été marqués par le sens de l’organisation de l’équipe d’AquaHacking qui prend à cœur le succès des participants. Nous n’avons jamais ressenti cela auparavant. Merci à Carolina Restrepo, Anne-Pascale Richardson et Melissa Dick pour leur écoute et leur réactivité! Elles ont vraiment répondu à tous nos besoins! Super travail!”

Le conseil écoresponsable d’OZERO

“S’informer. Juste le fait d’être conscient qu’il y a des problèmes relatifs à la qualité de l’eau est la 1ere étape vers un changement. Souvent je m’informe des problématiques puis j’adapte mon comportement.”

Le mot de la fin?

“Un gros merci à toute l’équipe d’AquaHacking! Changer de cap aussi rapidement par rapport au COVID et livrer un événement en ligne de super qualité…c’est un défi relevé! Merci beaucoup!”

Pour en savoir plus visitez le site web d’OZERO, écoutez leur pitch final ici et lisez notre communique de presse à ce sujet!

[1] Réservoirs d’eau que l’on remplis dans les bateaux de sports