La station d’hydratation express de Green Stop en tête du Défi AquaHacking 2019

By Carmen Joy King September 27, 2019

MONTRÉAL, CANADA – 30 septembre 2019 (TNKR Media) : Une station d’eau novatrice, qui a connu un grand succès auprès des spectateurs de concerts montréalais l’été dernier, a remporté le premier prix de la cinquième édition du Défi AquaHacking, un concours annuel d’entreprises vertes en démarrage .

Une soirée passionnante de présentations de solutions innovantes à la pollution de l’eau douce a culminé avec la victoire The Green Stop. L’équipe a remporté 20 000 $ pour sa station de remplissage de bouteilles extérieure destinée aux festivals. L’équipe de The Green Stop est composée de Rachel Labbé-Bellas, Bode Agagu, Brendan Carberry et Oliver Yshii-Landry.

« La victoire est extrêmement satisfaisante. Ce sont cinq mois de travail acharné qui portent enfin fruit », a déclaré Mme Labbé-Bellas. « J’étais déjà très fière de faire partie du top 2, car cela signifiait que nous allions recevoir un soutien financier. C’est tellement difficile pour les startups d’obtenir un soutien quelconque. »

The Green Stop a créé une solution destinée aux grands événements extérieurs qui permet de réduire la dépendance aux bouteilles d’eau à usage unique : des fontaines spécialement conçues pour le remplissage rapide des bouteilles et qui ne nécessitent qu’un raccordement au système d’approvisionnement en eau municipal.

L’équipe a conçu les stations d’eau de façon à minimiser les files d’attente, ce qui en fait la meilleure option pour les spectateurs désirant s’hydrater. The Green Stop a testé son prototype au festival de musique Osheaga à Montréal en 2019.

« Gagner le grand prix de 20 000 $ signifie que The Green Stop dispose de la stabilité financière nécessaire pour continuer à bâtir sur ses succès de 2019, » a déclaré Mme Labbé-Bellas.

« J’ai un peu plus de marge de manœuvre pour réinvestir dans la construction d’un plus grand nombre d’unités et pour contracter moins de prêts », a ajouté Mme Labbé-Bellas. « J’ai déjà un budget prévu pour l’année prochaine, et je dois le remplir pour pouvoir dire que je peux opérer [The Green Stop] comme je l’espère. Ainsi, grâce à la victoire, je vais pouvoir exister. »

Clean Nature et CLIN étaient finalistes de l’édition 2019 du concours AquaHacking.

Gagnante de la deuxième place, l’équipe Clean Nature a créé un plan de réduction de la pollution saline à l’aide de la modélisation informatique. Ceci permet de contrôler l’épandage du sel par les déneigeuses et les épandeurs de sel municipaux.

CLIN, qui a remporté la troisième place, cherche à réduire la présence de microplastiques dans l’approvisionnement en eau en s’y attaquant directement dans nos sèche-linge. Trente-cinq pour cent des microplastiques rejetés dans le monde proviennent des vêtements, ce qui en fait la plus grande source unique de pollution microplastique.

En quatrième place se trouvait l’équipe Salt Ed, suivie de Bello Solutions en cinquième place et de Droplets en sixième.

La fondatrice d’AquaHacking, Nan-b de Gaspé Beaubien, a déclaré que les présentations de tous les finalistes lui ont donné beaucoup d’espoir pour l’avenir et la propreté de l’eau. La diversité des idées pour résoudre un certain nombre de problèmes urgents liés à l’eau montre l’énergie et les possibilités de la nouvelle génération d’innovateurs.

« Je pense que le fait qu’ils puissent utiliser toutes sortes de solutions, leur approche innovante, est très encourageant. Cela me donne beaucoup d’espoir », a déclaré Mme de Gaspé Beaubien. « Quel moment passionnant ! 500 000 personnes marchent aujourd’hui et nous sommes ici à trouver des solutions, à répondre à leur appel. On ne peut pas dire à tout le monde de se débarrasser des bouteilles en plastique si on n’a pas de solution. »

AquaHacking a présenté une pétition demandant la fin des bouteilles en plastique à usage unique. Pour obtenir l’adhésion des politiciens, il est nécessaire de leur montrer que cette initiative bénéficie d’un large soutien dans tout le pays.

Les finalistes

Marc Schaal, de Bello Solutions, a déclaré que la finale a montré le chemin vers des voies navigables plus propres. « Avoir de l’eau propre ne se fera pas en une seule étape, a dit M. Schaal. Il faudra un effort collectif pour progresser. »

« C’est ce que font toutes les équipes en trouvant des solutions différentes, ajoute-t-il. Tout notre travail ensemble, ce n’est pas une solution globale, c’est plutôt une solution à la fois que nous améliorerons les choses. »

Mme Labbé-Bellas a dit qu’il était excitant de faire partie des présentations parce que l’on y sentait l’énergie déployée pour trouver des solutions en matière d’eau potable.

« C’est excitant d’être à cette étape charnière. Il ne s’agit pas seulement des solutions et des applications, mais plutôt de changement social, et de changement d’état d’esprit social. C’est une question idée, » dit-elle.

« Ce que j’espère, c’est que les gouvernements et les villes écoutent et nous approchent pour des partenariats. Avant, nous étions perçus comme de simples projets sur Indiegogo ou sur Kickstarter. Aujourd’hui, on nous porte beaucoup plus d’attention et les gens s’intéressent aux solutions bleues et aux technologies propres ou vertes, dit-elle. Il y a de l’espoir. Les gens nous écoutent. C’est bien. »

Frederick Dufresne, de l’équipe Salt Ed, a déclaré que la présentation finale était l’aboutissement de plusieurs mois de travail acharné.

« Nous avons travaillé jusqu’à tard hier soir pour mettre la touche finale, et nous avons vraiment ressenti que c’était la meilleure présentation que nous ayons faite jusqu’à présent, » a déclaré Dufresne.

Il ne s’agit pas seulement de gagner puis de lancer leur entreprise, mais de résoudre un grave problème du monde réel, a-t-il ajouté. « Cela signifie aussi qu’avec la mise en œuvre de notre solution, nous pouvons éviter que des 7 millions de tonnes, jusqu’à 1,3 million de tonnes de sel ne se retrouve sur les routes chaque année, a dit M. Dufresne. C’est donc un pourcentage important. »

Les anciens d’AquaHacking font des vagues

Depuis 2012, douze étoiles technologiques primées ont vu le jour grâce à AquaHacking, dont les chouchous des médias CANN Forecast, qui ont récemment fait les manchettes pour leur outil d’intelligence artificielle qui aide les municipalités du Québec à surveiller la contamination de l’eau après les inondations, et Water Rangers, qui améliore la démocratisation des tests de qualité d’eau et donne aux citoyens partout au Québec la possibilité de participer à la collecte de données.

-30 –

 

À propos d’AquaHacking

Le défi AquaHacking est un incubateur pour des entreprises en technologies de l’eau soutenu par la Fondation de Gaspé Beaubien  et la Fondation RBC ainsi que par d’autres partenaires dont IBM Canada, GHD, Keurig Dr Pepper, Ovivo, Sanexen, la Ville de Montréal et Ontario Power Generation et d’autres.

L’incubateur accompagne les participants tout au long des sept mois du concours grâce à des ateliers, à du mentorat et à un soutien financier pour les finalistes. aquahacking.com/fr/

Pour plus d’informations et demande d’entrevue : media@aquahacking.com