Des nouvelles de l'équipe ImPONDerable!

Des nouvelles de l'équipe ImPONDerable!


Vues 2500
Partages 237

Nous ne pensions pas lancer une entreprise. Et c’est pourtant ce qui s’est passé!

J’ai commencé le Défi AquaHacking en en parlant autour de moi afin de trouver des amis intéressés par l’idée de former une équipe. Nous avons tenu quelques réunions en mai pour brasser des problématiques et des idées, et nous en avons choisi une que nous aimions tous et qui nous semblait réalisable : une trousse d’analyse de la qualité de l’eau permettant de détecter la présence de toxines émises par les algues. Le besoin lié à ce produit a principalement été mis en avant par Jill et Nicole. Jill est une spécialiste de la surveillance des cyanobactéries et possède de nombreux clients. Ces clients, qui vont des associations de propriétaires de chalets aux services d’eau, veulent obtenir des renseignements de base sur la qualité de l’eau. Nicole connaît très bien différentes techniques d’analyse et sait quel type de données utilisent les scientifiques pour prendre des décisions en matière de surveillance des algues. Nous avons constaté un vide dans le marché : pour monsieur et madame tout le monde, il est très difficile de déterminer si l’eau est propre à la baignade. Il existe des tests que les gens peuvent acheter, mais ils sont dispendieux, difficiles à réaliser et impossibles à interpréter. Les méthodes de surveillance existantes sont réservées à la communauté scientifique et institutionnelle : le citoyen moyen n’y a pas accès. Pourtant, les scientifiques ont besoin de beaucoup plus de données sur la prolifération d’algues pour surveiller et prévoir leur croissance; ils pourraient donc tirer profit d’une armée de citoyens qui collectent des données sur place.

Par la suite, notre concepteur d’interactions, Peter, a vraiment éveillé notre intérêt envers la microfluidique, qu’il avait découverte dans des articles sur les laboratoires sur puce. Cette technologie a vraiment révolutionné la façon de réaliser des tests sanguins : une petite puce peut maintenant donner les résultats d’une analyse en quelques minutes à un lieu d’intervention. Nous avons vérifié s’il était possible d’utiliser la microfluidique pour tester la qualité de l’eau et n’avons pas trouvé d’indication contraire. Nous avons donc décidé que ce serait notre idée de produit.

Nous avons présenté l’idée de CyanoSleuth (un appareil fondé sur la science citoyenne permettant de tester la qualité de l’eau, assorti d’une application connexe) aux demi-finales en juin. Nous n’avions pas trop d’espoir : nous savions qu’il y aurait des équipes beaucoup plus avancées dans la conception de leur produit ou leur analyse de rentabilité. Nous avons été très surpris et enthousiasmés de faire partie des cinq finalistes.

Mais cela nous a aussi terrifiés, car nous devions maintenant faire le gros du travail, à savoir trouver comment améliorer le produit, et aucun d’entre nous n’avait d’expérience dans la conception de produit ou la gestion d’entreprise.

Voici les principales leçons que nous avons apprises sur la conception de produit au cours de l’été :

  • Tout s’apprend : il ne faut donc pas s’inquiéter de ce qu’on ne sait pas, mais plutôt essayer de déterminer nos lacunes.
  • Si quelqu’un a déjà rencontré le même problème, il faut trouver cette personne et lui poser des questions.
  • Les partenariats et la collaboration sont essentiels.
  • La conception du produit doit être orientée en fonction des besoins de l’utilisateur.
  • De bonnes personnes vont nous soutenir si notre idée tient la route, comme le concepteur qui s’est joint à nous après les demi-finales.

Après des mois de conception, nous avions un dessin pour notre trousse de test, un plan pour la fabriquer et un prototype d’application sur lequel la reconnaissance des couleurs était fonctionnelle. Nous avions aussi collaboré avec des concepteurs de produit scientifique. Lorsque nous sommes allés en finale, nous avions confiance en notre produit, mais nous sommes malheureusement arrivés en dernière place.

Nous continuons néanmoins la conception de notre produit, et nous n’en serions certainement pas là si nous n’avions pas participé au concours. Nous sommes en train de perfectionner notre application. Pendant l’hiver, nous allons fabriquer une version bêta de l’appareil de test microfluidique, que nous essaierons sur le terrain avec quelques utilisateurs pendant l’été 2018. Nous sommes encore loin de commercialiser cet appareil. Il nous reste beaucoup à apprendre, notamment sur la gestion d’une entreprise et la collaboration avec les fabricants!

Mais nous sommes arrivés jusque-là, alors pourquoi nous arrêter en si bon chemin?

Si vous souhaitez en apprendre plus sur le produit ou vous impliquer dans sa conception, vous pouvez m’écrire un courriel à l’adresse Sylvie@CyanoSleuth.com.

Retour à la salle de presse